Un peu de culture

20150715_211933

Jouy sur Morin est situé dans une des nombreuses vallées qui découpent le bassin parisien. La nature des rivières, des reliefs et des terroirs définit l’histoire et le patrimoine local.

20150715_211933

Notre village est placé sur le grand Morin. Cette rivière tout comme le petit Morin se jette dans la Marne et les eaux qui passent chez nous traversent aussi Paris. Jusqu’au 19ème siècle et la révolution industrielle, notre rivière était navigable. Ce sont principalement le fruit de l’agriculture locale et le

bois qui partaient sur l’eau vers Paris et faisaient vivre notre population. Nous avons gardé de cette époque des noms comme les Gailles qui était un hameau aujourd’hui disparu ou vivaient des scieurs de long.

Puis, tout a changé, le développement industriel a amené le chemin de fer, rendant de fait inutile le côté navigable du grand Morin. Il devenait alors plus utile pour produire de l’énergie et soutenir le développement de l’industrie. C’est alors que sont apparus tous les moulins que l’on peut encore voir de La Ferté Gaucher à Coulommiers. La présence du train et de la nationale 34 qui connectaient respectivement notre vallée à la gare de l’est et à la porte de Vincennes, ainsi que l’énergie offerte par notre rivière ont provoqué un grand essor dont nous bénéficions encore un peu aujourd’hui.

Notre commune s’est développée autour de la papèterie toujours présente à Crévecoeur et de la fabrication de crayons à la Chair aux Gens. L’usine de ce hameau a changé plusieurs fois d’activité, avec par exemple la confection de décorations de Noël jusqu’au début des années 2000. Aujourd’hui, Il n’y a plus d’industrie à proprement parler, mais des PME y font perdurer une activité.

L’histoire de ces deux derniers siècles a fait ce que notre village est aujourd’hui. Les moulins, les lavoirs, les séchoirs à papier et tous les vestiges de l’histoire de notre village forment notre patrimoine et donnent une identité particulière qui fait de Jouy sur Morin une commune particulière.

Les édifices religieux qui témoignent du passé et qui ont accompagné les jouyssiens jusqu’à nos jourssont aussi remarquables, comme notre église, la chapelle du Marais ou encore le prieuré. On peut croiser parfois des groupes de randonneurs qui parcourent les chemins ombragés de la vallée et ceux qui le sont moins de la plaine. Ces voyageurs ont su voir l’intérêt bucolique de notre région. Pourtant tout ceci est laissé à l’abandon par notre municipalité depuis maintenant trop longtemps. L’état de délabrement des lavoirs et de l’église est symptomatique. Et quand nos élus s’en occupent, on en arrive à le regretter. L’exemple du prieuré dont le bois classé ne ressemble plus à rien et dont le programme immobilier reste un épisode douloureux pour nombre de nos concitoyens est marquant.

20150707_175411

Nous pouvons aussi parler de la gare, symbole d’une époque où le train rythmait la vie de notre commune, qui a intégré le patrimoine communal dans des conditions obscures et qui est depuis laissée à l’abandon. Je terminerai cette énumération non exhaustive par une note positive concernant le pressoir qui depuis quelques années se montre en meilleur état à l’occasion des journées du patrimoine.

Notre commune est aussi riche de ces hameaux, qui ont tous leur petite histoire, comme La Chair aux Gens dont le nom est à lui seul une curiosité.

Oui, notre village est riche de son histoire et de son patrimoine. Encore faut-il qu’ils soient visibles et mis en valeur.

Pourtant au sein de notre communauté de commune, des exemples positifs peuvent être pris pour la valorisation de ce patrimoine. A Saint Cyr sur Morin (le petit) une dynamique qui va dans ce sens existe et met en valeur cette commune pourtant plus petite que la nôtre mais bien plus vivante. Il n’y a pas de honte à s’inspirer des bons exemples.

Un projet de développement de parcours en VTC est en train de prendre forme dans le petit Morin. Cette démarche est intercommunale mais sous l’impulsion du département, elle va être étendue à tout le territoire de notre communauté de commune. C’est l’occasion pour Jouy sur Morin de mettre en valeur ses atouts. Malheureusement, l’implication de nos élus locaux au sein de la communauté de commune étant aussi importante que la mise en valeur de notre patrimoine, il est évident que la dynamique et le travail de l’intercommunalité n’arrivera pas jusqu’à nous.

Au-delà de la culture locale, nous pouvons aussi parler de personnes qui tirent culturellement vers le haut notre commune. Parmi nos administrés, beaucoup ont des talents artistiques. Des peintres, des musiciens et des sculpteurs travaillent dans leur coin sans aucune mise en valeur de leur travail.

En fait, à part une « bibliothèque » inaccessible et très rarement ouverte, aucun service culturel n’est offert aux jouyssiens. Pourtant encore une fois allons voir ce qui existe près de chez nous. A Saint Rémy de la Vanne, commune deux fois moins peuplée que la nôtre, une bibliothèque de plein pied est ouverte au public avec des livres qui changent régulièrement et cela ne coûte rien à la commune hormis un lieu accessible de surface suffisante. La médiathèque de Seine et Marne prête des livres et d’autres supports multimédia. Ce qui permet d’amener la littérature à porter du plus grand nombre.

Nous avons la chance d’avoir une commune riche de son histoire avec de nombreux atouts pour rayonner dans notre région. Malheureusement aujourd’hui tout ce potentiel est inexploité.

Le sport à Jouy-sur-Morin

Terrain de tennis - Jouy-sur-Morin

Les plus anciens d’entres nous se rapellent d’une époque où le sport était légion à Jouy-sur-Morin. Football, Tennis, Judo, Tennis de Table, Danse contemporaine, … Tous les week-ends de nombreuses compétitions étaient organisées sur nos terres : les rencontres footballistiques au stade, les matchs de tennis de table disputés dans la salle des fêtes, et même des courses cyclistes à travers les hameaux. 

Cependant force de constater que depuis quelques années, les activités sportives se font rares dans la commune. Pire, les terrains de sports appartenant à la commune ont été laissés à l’abandon. Les grillages des anciens terrains de tennis ne servent plus à protéger des effractions, ils sont même devenus dangeureux pour les plus jeunes d’entre nous 

Terrain de tennis - Jouy-sur-Morin

Pire, le grillage rouillé et totalement déterioré est abaissé à hauteur d’enfants. Nous avons de la chance qu’aucun accident n’ait eu lieu jusque-là, mais cela ne va peut-être pas durer.

Si la communauté de communes de la Brie des Morins n’avait conclu une entente avec la commune, notre stade ne serait toujours pas praticable et il aurait fallu attendre encore longtemps avant de voir des joueurs fouler le gazon. On note une certaine indifférence de la municipalité à ce qui est relatif aux activités sportives. Les joueurs du football club de la brie des morins pourront vous décrir l’état de délabrement des vestiaires, toilettes et douches du stade jouyssien. Si l’intercommunalité à repris l’entretien du stade, il reste les batiments à la municipalité qui ne s’en occupent plus. 

Vestiaire / Buvette - Jouy-sur-Morin

Les terrains des boules du stade, n’ont de terrains que le nom. Même les joueurs de l’association jouyssienne « la boule de jouy » n’osent plus y tirer leur cochonnet et se sont exilés sous des cieux plus propices pour faire un carreau. Cela fait bien longtemps que nos employés communaux n’y ont pas passé le rateau et réparé l’halogène qui parait ne plus fonctionner. 

Terrain de Pétanque - Jouy-sur-Morin

Les aventuriers qui osent découvrir le fond du stade peuvent apercevoir un ancien terrain de basket et un deuxième terrain de football. Seuls les anciens écoliers de jouy-sur-morin peuvent se rappeler des heures d’EPS sur ces terrains. Saut en longueur, handball, basketball, saut en hauteur faisaient la joie de nos jeunes enfants accompagnés de leurs professeurs heureux de pouvoir profiter de ces installations municipales. Actuellement, il ne reste plus rien de ces moments forts de l’histoire de jouy. 

Enfin « le flotteur jouyssien » peut profiter depuis quelques années d’un aménagement communal en souvenir d’André Sobremant au Marais. Bancs, petit pont, tables de pique-nique, espaces ombragés font la joie des pecheurs et des promeneurs et de leurs familles. Un des rares endroits paisibles à Jouy-sur-Morin qu’il faut absolument conserver et developper pour tous les jouyssiens. 

Espace Andrée Sobremant - Jouy-sur-Morin

Pourquoi revote-t-on ?

urne-604-564x261

De nombreux habitants se demandent pourquoi de nouvelles élections sont organisées fin septembre 2015 ? 

urne-604-564x261

En mai dernier, après des mois de tensions et de dissensions au sein de la majorité municipale ( voir plus bas), 11 conseillers municipaux ont présenté leurs démissions de leurs mandats. Ce n’est que fin juin, après quelques aller-retour administratifs que leurs démissions ont été validées par la préfecture de Seine-et-Marne. Ce sont ces 11 démissions, connues publiquement, qui vont déclencher de prochaines élections partielles. 

Que dit la loi ? 

Depuis 2015, les communes de 1000 habitants et plus dépendent du « scrutin de liste ». Plus aucun panachage, ni de liste incomplète n’est recevable lors des élections municipales. Aussi, Jouy-sur-Morin est dans ce cas. En cas de démission au sein du conseil, le système du « suivant de liste » est appliqué. C’est-à-dire que la liste « ensemble vers l’Avenir » ( Liste Luc NEYRINCK) ayant perdue 11 membres, les 2 derniers de la liste ( Christine DURAND et Amand Braud, NDLR) ont été appellés à devenir conseiller municipal. 

Il y a donc 6 non-démissionaires, 2 nouveaux élus sur la liste Ensemble vers l’Avenir et 2 conseillers de la liste Actifs pour notre Village (liste Valérie ENFRUIT). Soit un total de 10 conseillers, donc 9 postes vacants ( il y a 19 sièges au conseil municipal de Jouy-sur-Morin). 

L‘article L270 du code Electoral dit que si le conseil municipal a perdu le tiers de ses membres ( ici 7 sièges) après avoir exercé le système de suivant  de liste, alors le conseil municipal est renouvelé par les électeurs dans les 3 mois. 

Depuis le passage au scrutin de liste, c’est un renouvellement complet lors d’élections municipales partielles qui sera organisé par la sous-préfecture via un ordre de convocation des électeurs de la sous-préfète au minimum 15 jours francs avant le premier tour. ( Article L247 du code électoral). 

Concrètement, que va-t-il se passer ? 

Début septembre, sera affiché sur la mairie, l’ordre de convocation de la sous-préfecture aux électeurs de la commune de Jouy-sur-Morin pour des élections fin septembre. Les électeurs sont appelés à remplacer entièrement le conseil municipalc’est-à-dire les 18 conseillers et le maire. Si un second tour est organisé, les listes ayant obtenues plus de 10% au premier tour pourront de nouveau se présenter ou fusionner avec une autre liste.

Comment en est-on arrivé là ? 

Lors des élections municipales de 2014, le maire sortant Luc NEYRINCK a représenté une nouvelle liste avec quelques conseillers municipaux sortants ( notamment Jérôme GAUBERT,Frédérique MOREAU, …) contre la liste d’opposition menée par Valérie ENFRUIT. À ce moment précis de la campagne, de nombreux adjoints « sortants » n’ont pas souhaité renouveler leur engagement auprès du maire suite à de nombreux désaccords unanimes

La liste de Luc NEYRINCK a gagné la majorité lors des élections et tous les conseillers sortants ont obtenu un poste d’adjoint au maire. Au fil des réunions du conseil, le public présent sentait une certaine tension régner entre le maire et le reste du bureau municipal.

CM22012015

C’est au début de l’année que les jouyssiens ont été informés publiquement des dysfonctionnements au sein de la mairie par une réunion, avec comme unique ordre du jour  » dysfonctionnement au sein du conseil municipal ». Le public venu en nombre a pu assister à un règlement de compte houleux entre les conseillers et le maire.

S’en sont suivis des conseils dans une ambiance très tendue jusqu’au 10 avril où le budget n’a pas été adopté par la majorité des membres. C’est à bulletins secrets qu’ont choisi de s’exprimer les futurs membres démissionnaires, rejetant, une à une les délibérations du compte administratif, du budget de conseil et du budget d’assainissement. Cette décision ayant été prise relativement tard, la commune est à ce moment-là au bord de la mise sous tutelle

Le maire, sollicité à plusieurs reprises pour remettre sa démission, n’a jamais accepté de calmer les choses pour le bien de sa commune. Il a fini par être sollicité directement par la sous-préfecture pour résoudre le conflit et éviter la mise sous tutelle par la chambre régionale des comptes.

La dernière réunion du conseil municipal à ce jour date du 19 mai 2015, lors du vote ultime du budget de la commune sans les 10% d’augmentation de taxes prévues par M. le maire. Depuis, une partie des élus ont démissionné, le maire ne souhaite pas réunir le conseil restreint et a arrêté toutes dépenses. En effet, la commune n’a pas connu de fête de la Saint-Jean et de feux d’artifices du 14 juillet cette année, au grand désespoir des jouyssiens …

Un 14 juillet pas comme les autres

Monument aux morts - 14 juillet 2015 - Jouy-sur-Morin

Nous sommes mardi, il est 10h30 devant la mairie. Le cortége se prépare à prendre le chemin du monument aux morts de Jouy sur Morin.

Depuis un bon quart d’heure les citoyens jouyssiens s’amassent petit à petit en se saluant puis se regroupent par affinités. C’est l’occasion de revoir des personnes perdues de vue depuis quelques temps. Les occasions de rassembler les jouyssiens ne sont plus très nombreuses.

En cette période préélectorale, le climat politique local est tendu. Les listes se forment et les affinités d’hier ne sont pas nécessairement celles d’aujourd’hui. C’est d’ailleurs l’explosion de la majorité locale qui nous place dans une telle situation. Depuis plusieurs mois les habitants de Jouy-sur-Morin sont pris en otage par leurs élus. La majorité de 17 conseillers sur 19 sièges qui a gagné les élections d’il y a un peu plus d’un an en reconduisant l’ancien Maire dans ses fonctions, a explosé. Pourtant, ce mandat était prévu pour être la continuité logique du précédent. C’est en connaissance de cause que des jouyssiens ont suivi notre Maire sortant et ont profité de sa notoriété pour être quasiment certains d’être autour de la table des élus.

C’est donc avec étonnement que nous avons appris, après un an de mandat qu’une partie de notre majorité a souhaité faire partir Monsieur le Maire en refusant de voter son propre budget. Ces mutins de la majorité ont placé la commune à la limite de la mise sous tutelle préfectorale. Pour ne pas en arriver à une telle extrémité, le budget a fini par être voté, puis c’est la démission de 11 élus de la majorité qui plonge aujourd’hui notre village dans le chaos.

Depuis, Monsieur le Maire ne convoque plus de conseil municipal arguant que celui-ci ne peut plus travailler et ainsi rejetant la responsabilité de la situation sur les démissionnaires. Hors des élus n’ont pas démissionné, tant dans la majorité que dans l’opposition, et rien ne justifie l’immobilisme que nous subissons depuis plusieurs mois.

Nous voici pris en otage par un gouvernement local qui n’a pas su garder une aura suffisante pour gérer notre commune et des rebelles qui tentent un coup d’état.

Monument aux morts - 14 juillet 2015 - Jouy-sur-Morin

Il est 11H devant le monument aux morts. Un musicien de Jouy, fidèle des commémorations, entame une marseillaise à la trompette, il fait beau et le lâcher de pigeons est superbe. Nous pourrions croire que tout va bien, pourtant pendant la minute de silence, je remarque un fait étrange. Aucun des élus démissionnaires n’est présent. Dans mon esprit sans doute trop idéaliste, ces commémorations sont des moments de respiration de notre démocratie. Devant notre histoire et pour rendre hommage aux personnes qui ont œuvré pour notre liberté, il ne doit plus y avoir de rivalité. Pourtant, c’est bien d’un boycott qu’il s’agit. Tout ce petit monde va bientôt se retrouver dans des élections qui sont prévues à la mi-septembre. En attendant, les deux camps nés de cette explosion municipale, se font des blagues de maternelles. Entre les deux, il y a nous, les jouyssiens, qui leur avions fait confiance au point de leur donner 17 sièges sur les 19 que comporte notre conseil municipal. Qu’en ont-il fait ? Ils avaient tout pour réussir, des comptes propres et une place de choix dans notre communauté de communes dans laquelle nous sommes la plus importante en nombre d’habitants. Mais non, ils ont préféré se mutiner et plonger encore plus notre village dans l’immobilisme et la discorde. Tous ces gens ont-ils encore du respect pour les jouyssiens ? Depuis quinze ans que j’habite ici, j’entends dire qu’à Jouy c’est différent d’ailleurs. Qu’il y a toujours eu des affaires autour des élections et que les décisions sont toujours difficiles. Pourtant rien n’est inéluctable. Si nous voulons faire progresser notre commune, lui donner la place qu’elle mérite et la faire basculer dans le 21èmesiècle en respectant ce que sont les jouyssiens et ce qu’ils aiment de leur village, il faut changer. Arrêter de subir et prendre en main notre avenir. Nous ne pouvons plus garder des élus qui préfèrent se taquiner sur notre dos. Jouy-sur-Morin mérite mieux.

Il est 12H, le petit pot citoyen vient de se terminer, cela a été l’occasion d’échanger un peu avec tout le monde. Le sujet des élections a été mis entre parenthèses. Ce n’était ni le moment, ni l’endroit de faire campagne. Pourtant cette année ce n’était pas vraiment la fête nationale à Jouy-sur-Morin. Pas d’union pour célébrer notre nation, alors que ce sentiment est particulièrement nécessaire en ce moment. Pas de lampions, pas de bal, pas de feu d’artifice, pas de rondelle… Chacun se rejetant la responsabilité de ce déplorable état de fait.

Une conclusion s’impose, les personnes que nous, jouyssiens, avons élu il y a un peu plus d’un an pour faire vivre notre beau village ont passé plus de temps a se défier et se regarder le nombril qu’à défendre les intérêts de la population de Jouy. Cette commémoration du 14 juillet 2015 est et sera la seule « animation communale » de cet été. Elle a été pour moi un zoom mis sur la situation de notre commune, une mise en évidence des symptômes de sa maladie.

J’espère que nous saurons tous tirer enseignement de cette crise et qu’au mois de septembre, nous serons « tous jouyssiens ».

M.B.